• Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic
  • RSS Classic

© Copyright 2023 My Site Name. All rights reserved.

Le dimanche 9 décembre à 13h30

Atelier créatif « Attrape Rêves » animé par Marie Bazzana

Elle vous apprendra l'art du tissage ; tout le matériel nécessaire sera fourni, mais vous pouvez emmener toutes sortes de petites choses qui vous tiennent à cœur et que vous voudriez intégrer : plumes, perles, coquillages, laine, bois, pierres, tissus, dentelles etc.

Le thé sera offert en milieu d' après-midi et vous êtes invités à apporter quelques douceurs à partager. 

Participation souhaitée 10€/ adhésion à l'association 10€

merci de réserver par mail ou au 06 14 33 15 53/ renseignements 06 63 56 18 36

 

Dans la culture amérindienne, les capteurs de rêves sont accrochés du côté où le soleil se lève, afin que la lumière du jour puisse détruire les mauvais rêves qui se sont installés dans les perles et les fils de la toile.

De nombreuses légendes, issues de différentes tribus expliquent l'origine et le fonctionnement du capteur de rêves. Elles ont souvent de nombreux points communs entre elles : le capteur de rêves a été transmis aux Hommes lors d'un rêve, l'araignée, sous forme animale ou de divinité intervient souvent, l'enseignement du "dreamcatcher" est transmis en retour de la protection d'une araignée,...

On retrouve désormais le capteur de rêves dans l'artisanat de la plupart des cultures nord-amérindiennes. Le rêve, envoyé pour mieux nous comprendre, est le véhicule qui permet l'échange entre l'Homme et le Grand Esprit. Toujours selon cette culture, le rêve est l'expression des besoins de l'âme. Il est aussi primordial de satisfaire les besoins de l'âme que ceux du corps.

 

Le rêve permet de se libérer. Il assure l'équilibre. Si on écoutait la démarche que les rêves nous proposent, on comprendrait beaucoup mieux les besoins de l'âme.

Le capteur de rêves est utilisé pour aider à contrôler les rêves, dans la mesure où l'on peut contrôler ses pensées, sa vie. À l'origine, il était destiné aux enfants qui faisaient de mauvais rêves. Il s'agit d'un petit cerceau fait d'une branche d'arbre. Dans ce cerceau, est tissé un filet de la forme d'une toile d'araignée comportant un trou au centre. Pendant la nuit, les mauvais rêves resteront pris dans le filet, pour être brûlés par les premières lueurs du jour. Les beaux rêves passeront à travers le trou du centre pour être conservés dans les plumes installées autour du cerceau.